Points de vues
Musique et Cinéma
Recherches & Offres
Télévision & Radio
Internet & Multimédia
Livres & Presse
Infos pratiques
Ecoles de cinéma
Stages et Emplois
Concours et Aides
Diffusez vos films

Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac





Frequently Asked Questions   Search   Home

Objectif Cinéma : Forum > Evénements > Paris - Rétrospective Shirô Toyoda
Auteur
Sujet    Post New Thread     Post A Reply
De La rédaction
19.07.2004 16:46
Find more posts by La rédaction

Rétrospective Shirô Toyoda
Du mercredi 15 septembre au samedi 2 octobre
Maison de la culture du Japon à Paris
« Série les maîtres méconnus du cinéma japonais »


Bio express

Shirô Toyoda et les femmes

Présentation des films programmés
Une jeune fille / Wakai hito (1937)
Le printemps des petites îles / Kojima no haru (1940)
L’oie sauvage / Gan (1953)*
Un couple bien comme il faut / Meoto zenzai (1955)
Un chat, Shôzô et deux femmes / Neko to Shôzô to futari no onna (1956)
Pays de neige / Yukiguni (1957)
L’auberge de la gare / Eki-mae ryôkan (1958)
Cheminement dans les ténèbres / An.ya kôro (1959)
Histoire singulière à l’est du fleuve / Bokutô kitan (1960)
Madame Aki / Yûshû heiya (1963)
Le chant de la rivière Chikuma / Chikumagawa zesshô (1967)
Sueur douce / Amai ase (1963)
Les années du crépuscule / Kôkotsu no hito (1973)


* Ce film est en entrée libre dans la limite des places disponibles

Après Uchida, Shimizu, Kawashima, la MCJP présente dans le cadre de la série « Les maîtres oubliés du cinéma japonais », 13 œuvres du grand réalisateur Shirô Toyoda.
Ce cycle consacré à un cinéaste féru de littérature nous permet de (re)découvrir à travers de sublimes adaptations les chefs-d’œuvre d’écrivains tels que Tanizaki, Kawabata, Inoue… Un lien sensible unit ces films de genres différents, l’image de la femme, souvent forte et maternante face à un homme plus faible…

Table-ronde Samedi 25 septembre à 16h15
Les problèmes de l’adaptation d’œuvres littéraires au cinéma – L’exemple de Pays de neige
Grande salle (niveau –3)
Entrée libre
Avec Max Tessier, Hubert Niogret (sous réserve) et d’autres participants à confirmer.
Ce cycle est aussi l’occasion, le samedi 25 septembre, d’une table ronde où critiques et universitaires évoqueront les problèmes de l’adaptation littéraire au cinéma à travers l’exemple de Pays de neige (1957) d’après le chef-d’œuvre de Kawabata qui évoque l’amour partagé et quasiment impossible d’une prostituée pour un peintre marié.

Bio express :
Bio express : Shirô Toyoda est né à Kyôto en 1905. En 1924, il entre aux studios de la Shôchiku à Kamata où il travaille dans l’équipe du réalisateur Yasujirô Shimazu. A 23 ans, il est déjà considéré comme un réalisateur. Il se spécialise dans l’adaptation au cinéma d’œuvres littéraires et devient l’un des réalisateurs majeurs de la Tôhô notamment, au côté de Naruse et Kurosawa. Cette passion pour la littérature remonte à son enfance : de constitution fragile (il souffrait de tuberculose osseuse), il passait de longues journées alité, se plongeant dans la lecture de romans et de pièces de théâtre.
Sa première adaptation d’une œuvre littéraire est Une jeune fille, film tourné en 1937 d’après le best seller de Yojirô Ishizaka. Les œuvres des plus grands écrivains japonais seront pour lui une source d’inspiration constante : Pays de neige de Kawabata, Un chat, Shôzô et deux femmes de Tanizaki, La route dans la nuit noire de Naoya Shiga…
Dans les années trente, alors que le cinéma japonais est encore à ses débuts, on considère comme une aventure ambitieuse l’adaptation des œuvres littéraires et Shiro Toyoda est réputé pour être l’un de ces réalisateurs d’avant garde qui a multiplié les tentatives. Dans la première moitié des années quarante, il tourne plusieurs films, participant à l’effort de guerre, pour, après la défaite, réaliser au contraire des films à la gloire de la démocratie, dont beaucoup seront des échecs à la fois sur le plan artistique et commercial.
C’est alors que dans les années cinquante, il redevient un réalisateur réputé, spécialiste des adaptations littéraires. L’oie sauvage, Le Chalumeau, Un couple bien comme il faut ou encore Le Chat, Shozo et ses deux maîtresses, surtout, sont des chef-d’œuvres. Mais à cette époque, adapter des œuvres littéraires n’est déjà plus un exploit et Toyoda n’est plus considéré comme un réalisateur d’avant garde, mais plutôt comme un vétéran qui réalise, à partir d’œuvres littéraires reconnues, des films de grande qualité artistique. A la fin des années cinquante, Cheminement dans les ténèbres ou Histoire singulière à l’est du fleuve ne sont rien de plus que des adaptations populaires avec des acteurs vedettes des meilleurs romans de la littérature contemporaine japonaise.
Il a adapté beaucoup de romans célèbres sans pour autant, comme Mikio Naruse avec Fumiko Hayashi ou Akira Kurosawa avec Shuguro Yamamoto, s’attacher à un auteur particulier. Il passe de l’un à l’autre, en adaptant pour chaque auteur son roman le plus représentatif. Il s’en dégage cependant une unité : ce sont toujours des histoires où l’homme est faible et la femme forte.


Toyoda et les femmes :
Toyoda et les femmes : Une enfance fragile dans une famille riche lui donne la possibilité de se consacrer entièrement au plaisir de la littérature et du théâtre sans passer par l’université, avant d’entrer aux studios de la Shochiku à Kamata. Sa mère l’accompagne alors à Tokyo où elle s’occupe de lui, lui interdisant de fréquenter des femmes, et c’est Yasujiro Shimazu qui le poussera à partir avant de faire découvrir la vie à Toyoda, en l’emmenant faire la tournée des bars la nuit afin de mieux connaître les femmes. Car jusque dans les années trente, on considère en effet que c’est là le passage obligé pour devenir un artiste.
Néanmoins, les femmes qu’il décrit sont beaucoup plus maternelles qu’érotiques. De plus, le réalisateur a une vision romantique de la mère, d’autant plus magnifiée que les hommes qui sont en face d’elle sont incarnés par des acteurs de style nimaime, issu de la tradition du Kabuki. Ils sont beaux, faibles, aimés des femmes, mais non ni la force ni la volonté de sauver ces femmes du malheur. D’ailleurs, la tradition veut que celles-ci se consacrent entièrement à eux.
Les acteurs qui ont interprété des rôles typiques de nimaime sont Hiroshi Akutagawa (Les oies sauvages, Un conte étrange de l’est de la rivère Sumida) et Ryo Ikebe (Pays de neige). Quant à Hisaya Morishige, déjà cité, il a su interpréter en leur donnant toute leur ampleur les qualités du nimaime, en les dramatisant à l’extrême. Ces acteurs ont trouvé en face d’eux de remarquables actrices outre Chikage Awashima et Hideo Takamine, telles que Keiko Kishi dans Pays de neige ou Fujiko Yamamoto dans Histoire singulière à l’est du fleuve.



Planning et présentation des films programmés
Programme
Le programme est annoncé sous réserve de modification. Confirmation au 01 44 37 95 00

Dans notre programmation, on retrouve, entre autres, l’adaptation d’œuvres essentielles comme L’oie sauvage (1953) d’après Ôgai Mori, Un couple bien comme il faut (1955) d’après Sakunosuke Orita, Un chat, Shôzô et deux femmes (1956) d’après Jun.ichirô Tanaizaki, Pays de neige (1957) d’après Yasunari Kawabata (prix Nobel de littérature en 1968), L’auberge de la gare (1958) d’après Masuji Ibuse, Cheminement dans les ténèbres (59) d’après Naoya Shiga, Histoire singulière à l’est du fleuve (1960) d’après Kafû Nagai, Madame Aki (1963) d’après Yasushi Inoue, Les années du crépuscule (1973) d’après le best-seller de Sawako Ariyoshi


Mercredi 15 septembre
17h Une jeune fille (vostf)
19h30 Le printemps des petites îles (vostf)

Jeudi 16 septembre
17h L’oie sauvage* (vostf)
19h30 Un couple bien comme il faut (vostf)

Vendredi 17 septembre
17h Le chat, son maître, et ses deux maîtresses (vostf)
19h30 Pays de neige (vostf)

Samedi 18 septembre
14h Cheminement dans les ténèbres (vostf)
17h L’auberge de la gare (vostf)
19h30 Histoire singulière à l'est du fleuve (vostf)

Mercredi 22 septembre
17h Madame Aki (vosta)
19h30 Le chant éternel de la rivière Chikuma (vosta)

Jeudi 23 septembre
17h Sueur douce (vosta)
19h30 Les années du crépuscule (vosta)

Vendredi 24 septembre
17h Le printemps des petites îles (vostf)
19h30 Une jeune fille (vostf)

Samedi 25 septembre
14h Pays de neige (vostf)
16h15 Conférence
19h30 Un chat, son maître et ses deux maîtresses (vostf)

Mercredi 29 septembre
17h Un couple bien comme il faut (vostf)
19h30 L’auberge de la gare (vostf)

Jeudi 30 septembre
17h Histoire singulière à l'est du fleuve (vostf)
19h30 Cheminement dans les ténèbres (vostf)

Vendredi 1er octobre
17h Le chant éternel de la rivière Chikuma (vosta)
19h30 Madame Aki (vosta)

Samedi 2 octobre
14h Sueur douce (vosta)
19h30 L’oie sauvage* (vostf)




Une jeune fille (Wakai hito)
81’ / 1937 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vostf
Avec Den Obinata, Haruyo Ichikawa, Shizue Natsukawa, Isamu Yamaguchi
Un professeur prend en sympathie une jeune fille solitaire et parvient à obtenir sa confiance. Mais leur entourage commence à jaser sur cette relation… Un film au sujet risqué qui reçut un bon accueil de la part du public. D’après Yojiro Ishizaka.

Le printemps des petites îles (Kojima no haru)
88’ / 1940 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vostf
Avec Shizue Natsukawa, Ichirô Sugai, Haruko Sugimura, Misako Shimizu
Une femme médecin fait le tour des îlots de la mer Intérieure pour essayer de convaincre les personnes atteintes de la lèpre d’entrer à la léproserie de Nagashima. Si les épisodes dramatiques se succèdent, Toyoda se refuse à tout sentimentalisme et nous offre un film émouvant aux allures de documentaire. Elu meilleur film de l’année par le magazine de cinéma Kinema Junpô. D’après Masako Ogawa.

L’oie sauvage (Gan)
104’ / 1953 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vostf
Avec Hideko Takamine, Hiroshi Akutagawa, Jûkichi Uno, Eijirô Tôno
Durant l’ère Meiji, une jeune femme de condition modeste, entretenue par un usurier, tombe amoureuse d’un étudiant en médecine dont elle a croisé le regard. Le jour où elle se décide à lui adresser la parole, il est trop tard… Adaptation d’un célèbre roman écrit par Ôgai Mori en 1911.

Un couple bien comme il faut (Meoto zenzai)
120’ / 1955 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vostf
Avec Hisaya Morishige, Chikage Awashima, Yoko Tsukasa, Chieko Naniwa
Une geisha fugue avec le fils d’un commerçant. Mais le père de ce dernier rompt les liens de parenté avec son fils et le couple se retrouve rapidement sans le sou. La jeune femme, forte et décidée, travaille durement pour gagner l’argent que son amant paresseux dilapide… Dans cette comédie, Toyoda porte un regard distant et jusqu’alors inhabituel dans le cinéma japonais sur les rapports homme-femme. D'après le roman de Sakunosuke Orita (1913-1947)

Un chat, Shôzô et deux femmes (Neko to Shôzô to futari no onna)
104’ / 1956 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vostf
Avec Hisaya Morishige, Chieko Naniwa, Isuzu Yamada, Kyoko Kagawa
Ne s’entendant pas avec sa belle-mère autoritaire, la première femme de Shôzô finit par le quitter. Mais la seconde épouse de cet homme timide et indolent enrage de voir son mari manifester autant d’amour pour sa petite chatte Lily… Des personnages hauts en couleur inspirés d’une œuvre de Jun.ichirô Tanizaki.

Pays de neige (Yukiguni)
134’ / 1957 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vostf
Avec Ryô Ikebe, Keiko Kishi, Hisaya Morishige, Daisuke Katô
Le peintre Shimamura se rend dans une station thermale d’une région enneigée du nord du Japon pour retrouver Komako, une geisha rencontrée un an auparavant. Mais lui est marié et habite à Tôkyô, et elle doit travailler pour aider sa famille. Malgré leur amour mutuel, ils ne peuvent se voir qu’une fois par an… Adaptation du chef-d’œuvre de Yasunari Kawabata, prix Nobel de littérature en 1968.

L’auberge de la gare (Eki-mae ryôkan)
104’ / 1958 / couleur / Tôhô / copie 16 mm / vostf
Avec Frankie Sakai, Junzaburô Ban, Chikage Awashima, Mitsuko Kusabue
Jihei Ikuno travaille depuis plus de trente ans dans une auberge située en face de la gare d’Ueno, à Tôkyô. Mais il n’arrive pas à s’adapter aux perpétuelles mutations de la capitale. Une comédie burlesque au casting exceptionnel réunissant plusieurs grands acteurs comiques populaires.
D'après le roman de Masuji Ibuse.

Cheminement dans les ténèbres (An.ya kôro)
144’ / 1959 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vostf
Avec Ryô Ikebe, Fujiko Yamamoto, Tatsuya Nakadai, Minoru Chiaki
Kensaku, qui a été élevé par son grand-père et sa concubine, voudrait se marier avec une amie d’enfance mais cette dernière le repousse. Il découvrira fortuitement la raison de ce refus, un secret entourant sa naissance… Une adaptation du chef-d’œuvre de Naoya Shiga, le précurseur du roman autobiographique au Japon.

Histoire singulière à l’est du fleuve (Bokutô kitan)
120’ / 1960 / N&B / Tôhô / copie 16 mm / vostf
Avec Fujiko Yamamoto, Hiroshi Akutagawa, Michiyo Aratama, Nobuko Otowa
Un professeur de collège tombe amoureux d’Oyuki, une prostituée du Tamanoi, célèbre quartier des plaisirs de Tôkyô. Mais cet homme est marié et la douce Oyuki verra ses rêves brisés… Une des rares adaptations réussies d’une œuvre du grand écrivain Kafû Nagai.

Madame Aki (Yûshû heiya)
114’ / 1963 / couleur / Tôhô / copie 16 mm / vosta
Avec Hisaya Morishige, Fujiko Yamamoto, Michiyo Aratama, Chieko Naniwa
Madame Aki prend conscience du vide de son existence. Elle se met alors à soupçonner son mari de mener une double-vie. Tous deux finissent par avoir une liaison extra-conjugale. Mais Madame Aki se demande si elle ne ferait pas mieux de continuer à aimer son mari comme une épouse d’un foyer sans problèmes. D’après l’œuvre de Yasushi Inoue.

Le chant de la rivière Chikuma (Chikumagawa zesshô)
102’ / 1967 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vosta
Avec Kin.ya Kitaoji, Yuriko Hoshi, Kunie Tanaka, Ayumi Ishida
Un jeune camionneur apprend avec stupéfaction qu’il a la leucémie. Grâce au soutien d’une infirmière, il décide de profiter pleinement des derniers jours qu’il lui reste à vivre. Une des rares mises en scène de Shirô Toyoda qui ne soit pas l’adaptation d’une œuvre littéraire.

Sueur douce (Amai ase)
119’ / 1964 / N&B / Tôhô / copie 35 mm / vosta
Avec Machiko Kyo, Junko Ikeuchi,Miyuki Kuwano, Keiji Sada
Umeko travaille comme serveuse dans les bars d’un quartier populaire pour subvenir aux besoins de sa famille. Magnifique portrait d’une femme courageuse et débordant de vitalité.
« Machiko Kyo est si fascinante dans ce film qu’elle vit à l’intérieur de ma tête depuis plus de trente-cinq ans, depuis 1964. » (Donald Richie). D’après Yôko Mizuki.

Les années du crépuscule (Kôkotsu no hito)
102’ / 1973 / N&B / Tôhô / copie 16 mm / vosta
Avec Hisaya Morishige, Hideko Takamine, Takahiro Tamura, Nobuko Otowa
Ce film décrit le quotidien d’un veuf octogénaire atteint de sénilité, dont s’occupe avec dévouement sa belle-fille. Le succès qu’a connu ce film au Japon s’explique en partie par le réalisme inhabituel avec lequel est décrite la condition des personnes âgées dans l’archipel. Adaptation des Années du crépuscule, best-seller de Sawako Ariyoshi.

Renseignements pratiques
MCJP 101bis, quai Branly 75015 Paris
Métro Bir-Hakeim / RER Champ de Mars
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 19h
Nocturne le jeudi jusqu’à 20h
Fermé les dimanches, lundis et jours fériés
Tél. 01 44 37 95 00
Fax 01 44 37 95 15
www.mcjp.asso.fr

Tarif 3 et 4€ (sauf les films marqués d’un astérisque * qui sont en entrée libre dans la limite des places disponibles)
Carnet de 5 entrées : 15 euros
Organisation MCJP et Association pour la MCJP
En partenariat avec – Marco Polo - FIP
Confirmation du programme au 01 44 37 95 00

13 films présentés en VOSTF et VOSTA

Responsable cinéma :
Fabrice Arduini 01 44 37 95 67


< Sujet précédent    Sujet suivant >
Nouveau Sujet
Liste des forums :