Points de vues
Musique et Cinéma
Recherches & Offres
Télévision & Radio
Internet & Multimédia
Livres & Presse
Infos pratiques
Ecoles de cinéma
Stages et Emplois
Concours et Aides
Diffusez vos films

Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac





Frequently Asked Questions   Search   Home

Objectif Cinéma : Forum > Points de vues > Existe-t-il des films sur l'existentialisme ?
Auteur
Sujet    Post New Thread     Post A Reply
De jean pierre
12.04.2005 21:38
Find more posts by jean pierre

J'aimerai simplement savoire si il existe des films ne serait-ce qu'un peu profond oû l'existentialisme est un sujet (autre que les godards oû tout reste un peu flou - à part peut-être Vivres sa vie qui est plus claire).
Voila, si vous en connaissez... Merci

De DALBAN YES SIR
13.04.2005 12:24
Find more posts by DALBAN YES SIR

comment tu définirais un film existentialiste??

De jean pierre
13.04.2005 15:26
Find more posts by jean pierre

Un film qui toucherai des sujets propres à ce mode de pensée. Soit d'une façon assez générale, comme par exemple, Bergman faisait des films ou les protagonistes agissaient en fonctions de leur questionnements sur l'existence (ex: un pretre qui perd la foi et choisi de ne pas empécher un paroissien d'aller se suicider parceque: "à quoi bon vivre aprés tout..." ; ou encore, toujours Bergman, un croisé qui se met à tripper sur sa main en la regardant et la faisant bouger...).
Ou même plus profond, je voudrai savoir si il existe un film avec une narration dans la même veine que La Nausée de Sartre: cet espèce de sentiment passager pendant lequel on réalise que les objets et les corps existent au lieu de parraitre. Enfin bref, je sais que c'est pas trés clair mais si ça vous rappelle un film... allez y svp
jean pierre

De J-M
14.04.2005 08:11
Find more posts by J-M

je sais pas si j'ai bien compris se que tu cherche mais je te conseil la ligne rouge de terrence mallick, un petit chef d'oeuvre de reflexion humaniste sur la guerre, la nature, la condition humaine bref a voir absolument.

De cinephage
14.04.2005 09:57
Find more posts by cinephage
existentialisme...

Il me parait difficile de parler d'un film comme "existentialiste". Néanmoins, chez certains auteurs, le monde est comme opaque, posé, et leurs protagonistes connaissent comme un détachement par rapport à eux-même. Si c'est ce que tu entends par existentialisme, voici quelques propositions.
De Godard, il y a le mépris, tout de même, dont le coté existentialiste est assez marqué aussi (Moravia oblige...).
L'autre adaptation de Moravia, l'ennui (de Cédric Kahn) ignore presque entièrement le coté réflexif du bouquin.
Dans un registre proche de Godard, les films de Hal Hartley mettent en avant des personnages qui se demandent un peu ce qu'ils font là, qui peinent à se définir par rapport à leurs origines, leur propre histoire, leurs ambitions (toujours définies négativement). Simple Men, the Unbelievable truth, Trust, sont à voir.
Enfin, le grand auteur de l'incommunicabilité, Antonioni, se rapproche peut-être de ce que tu recherches. L'avventura, Blow up, sont des films où la réalité se donne comme indéchiffrable. Essaie ces deux là. e toute façon, ce sont des films remarquables.
Chez Fassbinder aussi, il y a un coté existentialiste, mais sa filmographie est tellement vaste... Je ne saurais pas quoi t'indiquer.
Ha oui, peut-être trouveras-tu Tarkovski existentialiste. Solaris, Andrei Roublev posent la question de la connaissabilité du monde (même s'ils se positionnent aussi par rapport au sacré, l'optique adoptée est finalement celle de l'opacité des choses).

De mop
17.04.2005 15:56
Find more posts by mop

"Johnny got his gun"
peut-être???????

De jean pierre
17.04.2005 23:52
Find more posts by jean pierre

Merci a tous. Je vais regarder tout ça (Je connais Solaris de Tarkovsky qui est un de mes films preferés donc je pense que c'est bien le genre recherché).

Salut

De Chandler
18.04.2005 16:35
Click Here to Email Chandler   Find more posts by Chandler
Films ???

Des films sur l'existentialisme ???

Par definition, tous les films sont existentialistes car ce sont des points de vue d'hommes et de femmes qui réalisent ou écrivent des histoires.

Après, il faut savoir quels sont tes gouts et avec quels cinéastes tu t'y retrouves le plus.
Woody Allen ou Clint eastwood sont de grands penseurs et ont une vision du monde trés riche.

De Cinephage
21.04.2005 11:24
Find more posts by Cinephage
Clarifions les choses

Heu...
L'existentialisme est avant tout un mouvement philosophique développé par Sartre, dans le prolongement des écrits de Schoppenauer. Ses écrits en portent la marque (en particulier La nausée), et L'être et le néant en définit les grands principes.
D'autres auteurs et philosophes ont été inspirés par cette reflexion, en particulier Alberto Moravia et, dans une moindre mesure, Albert Camus.

Aucun cinéaste, à ma connaissance, ne s'est proclamé existentialiste (pas même les adaptateurs de Sartres). Reste que certains illustrent cette façon de voir dans leurs films.

Clint Eastwood, bien que talentueux penseur et auteur de chefs d'oeuvres incontestables, ne me semble pas approcher, de près ou de loin, de ce mouvement philosphique.

Woody Allen, grand lecteur de Sartre, n'est pas indifférent à cette façon de voir le monde. Mais je ne vois pas lequel de ses films tiendrait d'une approche existentialiste, même si cette philosophie nourrit sa pensée.

De Chandler
21.04.2005 12:18
Click Here to Email Chandler   Find more posts by Chandler
Existentialisme

Je suis tout à fait d'accord avec le point de vue philosophique que vous avancez mais moi, je me place dans une vision artistique des choses. Uniquement.

L'art (et en particulier le cinéma) est par definition la transpostion en images d'une existence vecue par un individu et de la place de l'homme dans le monde. (Certes, subjective)

J'ai pris Eastwood et Allen mais j'aurai pu prendre n'importe quel autre réalistateur ou metteur en scène. Il est vrai que les réponses qu'essaient de donner ses deux cinéastes passent par des reflexions sur le monde trés personnelles (en loccurence, les réponses de ces artistes passent par la psychologie pour l'un et par la justice pour l'autre). Pourquoi pas ?

Maintenant, je comprend trés bien votre remarque et je la trouve vraiment trés interessante. Cela m'a donné un trés bon sujet de dossier pour la revue de cinéma dans laquelle j'écris. L'existentialisme au cinéma. Si vous avez des noms de films qui sont plus basés sur cette notion philosophique (de façon objective bien sur), je suis preneur. Merci d'avance

De Chandler
21.04.2005 12:24
Click Here to Email Chandler   Find more posts by Chandler
Existentialisme

C'est encore moi. Désolé.

Je viens de relire les post et je crois qu'un film n'a pas été cité mais qui pour interessé Jean Pierre.

C'est le film 2001, Odyssée de l'espace de S.Kubrick

Film magnifique !!!

De Mike
25.04.2005 13:23
Click Here to Email Mike   Find more posts by Mike
Des pistes?

Sur l'existentialisme???

Je pense qu'il faut aller voir du côté de Bergman et de Carl Theodore Dreyer...

De christel
02.05.2005 16:56
Click Here to Email christel   Find more posts by christel

il parait que le film " i love huckabees" de david o' russell est un film existensialiste , c'est à vérifier.

De christian
03.05.2005 08:07
Find more posts by christian

c'est surtout un film pretentieux qui fonctionne que trops rarement (heureusement Dustin Hufman est là) et ce malgres un casting formidable.

De christel
04.05.2005 08:06
Click Here to Email christel   Find more posts by christel

est ce que " l'intrus" de claire denis est un film existenlialiste?

De christel
04.05.2005 08:14
Click Here to Email christel   Find more posts by christel

est ce que " l'intrus" de claire denis est un film existenlialiste?

De jean pierre
05.05.2005 21:27
Find more posts by jean pierre
Huckabees

I heart Huckabees, en effet ne fonctionne que très rarement. Mias je trouve plutôt que c'est Walberg qui fait le film avec son obsession sur le pétrole et son agressivité d'enfant; il est vraiment marrant. Les moments oû Russell nous emêne vers la réalisation de notre existence sont très rapides et ne permettent pas su tout au spectateur de "se mettre dans le trip"; mais pour ceux qui ont déja lue sur cette philosophie oû même pensé de cette façon, ces moment, à mon gout, deviennent plutôt comique (je pense que c'est d'ailleurs le vrai but du réalisateur).
Il y a quand même des passages vraiment agréables comme les petites escapades de Shartzman et Walberg en vélo sur les mélodies du géni Jon Brion (Punch Drunk love, Eternal sunshine etc...). Je trouve même que c'est ça qui donne le plus au film: la BO.

De christian
06.05.2005 12:35
Find more posts by christian

toutafais d'accord, les mélodies de Jon Brion st tjs aussi bien, c'est indéniablement la valeur ajoute de ce film.

De momo
12.05.2005 15:59
Find more posts by momo

alors J-P ces films ?

De jean
06.06.2005 16:01
Click Here to Email jean   Find more posts by jean
reponse à momo

momo sur les forum l'ingratitude règne !!!

De jean pierre
07.06.2005 20:00
Find more posts by jean pierre

J'ai en effet remarqué ça à plusieurs reprises Jean, mais je n'ai jamais cru que je profiterai à mon tour de l'anonyma des forums pour oublier mes bonnes manières. En fait ce n'est pas vraiment le cas.
Momo, je n'ai pas réussi à me procurer la plupart des films qui m'ont été conseiller, donc j'attend de revenir à Paris pour les voir. J'ai toutefois découvert d'autres Godard dont le Mépris qui m'a plus ému pour ses passages oû la musique sans raison aucune (la scène oû F. Lang marche du studio jusqu' à la voiture) - les passages narratifs pleins de jump cuts, que pour ses peites citations existentielles (Sartre je pense?).
Et puis, Antonioni avec l'avventura et Blow up. Je doit admettre que j'ai beaucoup moins aimé le premier que le second (je pense que comme tout le monde, je ne comprend pas toujours les intentions des metteurs en scène, donc je ne veux tout de même pas juger le film comme ça).
Blow up est vraiment un film philosophique qui m'a touché. L'idée de n'admettre l'existence d'un fait que lorqu'on est plusieurs à en être témoins - et par conscéquent de douter de sois-même et de son propre jugement est trés intéressant. Là aussi, je n'ai pas tout compris tout de suite mais les commentaires d'un universitaire en cinéma sur le DVD à tout clarifier pour moi (particulièrement le sens de la scène des mime à la fin).

Voila pour ce que j'ai vue, j'aimerai vous donner plus de feedback sur vos conseils mais ces réalisateurs ne sont pas si accessible que ça. Un peu de gratitude pour Jean - MERCI à tous.
salut

De cinephage
09.06.2005 09:03
Find more posts by cinephage
rectification (à la Maitre Capelo...)

Le mépris, c'est d'Alberto Moravia, et non de Sartres. Mais ses livres débordent de cette philosophie...

J'aime bien ce que tu dis sur ces films : en effet, ils sont peu accessibles. A plus d'un degré. :o)
Reste que comme certaines oeuvres plastiques, l'Avventura te trottera dans la tête, et qu'à chaque vision (si tu oses le revoir), tu n'y percevra pas la même chose...

De momo
09.06.2005 15:44
Find more posts by momo

merci J.P. ! et tiens ns au courant...

De blop
09.06.2005 18:20
Find more posts by blop

Déjà mettons-nous d'accord entre un film sur l'existentialisme comme il est indiqué dans l'intitulé du premier post, et un film dit existentialiste. Il y a une différence de taille.

De jean pierre
15.06.2005 02:23
Find more posts by jean pierre

Pour répondre à blop, parmis les films que j'ai vus, ceux qui se rapprochent le plus de ma question initiale sont ceux de Bergman (plus particulièrement ceux de sa trilogie Through a glass darkly, les Communiants, et le Silence). Il reste que ces films ne parlent pas de ce que je recherche vraiment, soit d' une véritable reflexion phénoménologique des choses qui nous entourent - à par peut-etre I love Huckabees, mais ce film n'a pas tant de matière à analyser.

Je n ai pas vus tous les films qu'on m'a suggéré, peut-être que j'y trouverai mon compte. En attendant, je pense que si quelqu'un à un bon film à suggéré, mëme trés vaguement relié à ma definition initiale, ça m'intéresse d'avoir des informations dessus.

De blop
15.06.2005 10:20
Find more posts by blop

Monte Hellman est considéré comme un metteur en scène existentialiste.

Les Cahiers du cinéma lui consacrent plusieurs pages à l'occasion de la ressortie de trois de ses films en copie neuve.

De Proghol merde
14.07.2005 23:52
Find more posts by Proghol merde

sinon précisons quand-même que le principal amant de Simone de Beauvoir était scénariste de film Pierre Bost, la cible de Truffaut dans son faleux article contre la Qualité Française. Dans sa correspondance avec Nelson Algren on voit qu'elle soutient plutôt le cinéma Qualité Française (le Chanois, René Clair, ce genre de truc). Sinon Sartre a écrit le scénario d'un film de John Huston sur Freud, paraît-il assez intéressant, mais peu visible

De Proghol merde
15.07.2005 00:01
Find more posts by Proghol merde

on rencontre des truc inattendus, comem des adaptation des pièces de théâtre de sartre avec Louis de Funès:

http://www.imdb.com/title/tt0045060/


Sinon "Cria Cuervos" de Carlos Saura me semble un exemple de film dont la station rappelle l'existentialisme sartrien (une situation de huis-clos enfantin pendant les derneirs jours du franquisme, au sein la bourgeoisie madrilène. Les personnages du film créent eux-mêmeune facticité protectrice dans leur rapport au monde, qui à la fois les objective au yeux des autre et leur sert de masque ppour se cacher du monde extérieur, et par rapport à laquelle il se réservent la liberté minimale de pouvoir la révoquer à tout moment). c'est surtout un bon film.

De Cry Wolf
19.07.2005 09:46
Find more posts by Cry Wolf

<a href="http://www.thewolfiswatching.com/thewolfpack/?u=JamesVR">Click here to become a member of The Wolf Pack!</a>

De cry wolf
19.07.2005 09:47
Find more posts by cry wolf

<!-- begin link -->
<A href="http://www.thewolfiswatching.com/thewolfpack/index.html?fuseaction=tools.invlink&u=JamesVR&linkID=5">"Cry Wolf" Official Movie Website</A>
<!-- end link -->

De thepunisher
21.07.2005 15:59
Find more posts by thepunisher
voila

tu devrais essayer la serie six feet under, ou le film emporte moi ou ptete existenZ mai la ca depen de la definition personelle de l'existentialisme sui en lui meme ne veu pa dire grand chose fau t'expliquer

De Gilles
22.07.2005 14:36
Find more posts by Gilles
film existentialiste

Un grand oublié dans ces réponses... Le Feu follet. Une merveille. Sortie en dvd chez Arte (master restauré je crois), à la rentrée (sept., octobre).

Chandler me semble un peu imprécis, vague. Mais 2001, why not ?
Tout film sur le gouffre (intérieur, ou cosmique) est bon à prendre. Donc, du point de vue artistique cela ne veut rien dire : c'est le sujet même de 2001. Sur le vide aussi (Antonioni), mais le seul qui s'impose, c'est pour moi le Feu follet de Louis Malle. C'est presque La Nausée de Sartre en images...

De Pieudre
29.07.2005 21:12
Find more posts by Pieudre

le septième sceau, bien sur, et tarkowski, je suis aussi d'acord pour Mallick.

De Sans-Plomb
01.08.2005 01:21
Find more posts by Sans-Plomb

Moi, je dirais que la plupart des films ne sont pas existentialistes, mais au contraire : plutôt essentialistes.

C'est à dire : allant dans le sens d'une personnalité profonde, innée et stable, vendant l'idée que : Ce que je suis - un noyau dur - est présent depuis la naissance et reste là tout au long de ma vie, quelles que soient mes actions, quel soit mon environnement.

J'ai vraiment l'impression que la plupart des films semblent dire que c'est ça :
- qui est important,
- qui est beau,
- qui est bien...

A mon sens, l'Essence est vraiment stylisée dans les films, comme si les auteurs espéraient naïvement que la défense d'une personnalité profonde rende - par contagion - leurs films aussi profonds.

L'Essence est pourtant une saloperie. Elle n' en demeure oas moins définitivement plus "cinégénique".

Bien sûr, ce n'est pas une loi absolue. S'il fallait, là tout de suite, citer des films qui pourraient s'approcher de l'existentialisme, les premiers qui me viendraient à l'esprit seraient : Le goût des autres ou Bienvenue à Gattaca.

Dans le premier, on combat les préjugés, mais de façon assez fine - en prenant en compte la difficulté de ce combat. Le personnage principal évolue. Les autres autour aussi. Quant aux images (mentales) que possèdent les personnages, les uns envers les autres, elles aussi, elles évoluent, elles se complexifient.

Le second film cité, Bienvenue à... développe un peu la célèbre expression : "Aller décrocher les étoiles". Le synopsis : Dans un futur faussement idéal, où toutes nos vie sont réglées selon notre capital génétique, un jeune homme - possesseur de gènes pas terribles - décide de réaliser son rêve, en dépit de la loi : participer à une expédition spatiale.

Ce n'est pas Super comme liste mais je crois que c'est réellement difficile pour un film (une œuvre artistique ? et à plus forte raison quand elle est visuelle ?) de ne pas flirter avec l'Essence, c'est tellement plus esthétique. C'est souvent très subtile, quasi insignifiant.

Prenons le bon vieux film Freaks (qui nous fait partager la vie de "monstres de foires" tels que des sœurs siamoises ou des culs-de-jatte). La critique habituelle est :

"Houla, bon film, émouvant, qui nous fait voir la vie autrement ; qui nous fait aller au delà des apparences".

C'est un peu vrai... à 90 % seulement. Car on ne passe pas outre une petite distribution d'Essence, comme ça, gratuite, en filigrane. Par exemple, à la fin, un couple de "nains" se disputent. C'est leur droit le plus stricte, jusque là, aucune station d'Essence à l'horizon. Sauf que, en même temps, il y a une petite musique derrière, qui met de la distance, qui les ridiculise un peu. Ho mais pas méchamment, très tendrement. Et justement, le réalisateur les traite comme des enfants. Et visuellement, force est de constater que la scène passe très bien. Personnes de petite taille + comportements infantiles sont des éléments qui vont très bien ensemble. Total : Ca fait une très jolie petite scène de fin, très cocasse. Mais punaise, mais c'est terrible, comme si l'Essence revenait toujours à la charge.

Bon, en même temps, je ne suis pas un spécialiste de Sartre. L'opposition : Essence/Existence laisse peut-être à désirer. Mais telle est mon impression.

De Jexx
26.08.2005 13:57
Find more posts by Jexx

La définition de "Cinephage" de l'existentialisme me paraît absolument douteuse. Non, Schopenhauer ne peut être considéré comme le père de l'existentialisme sartrien. La notion de "génie de l'espèce" développée dans sa "Métaphysique de l'amour/mort" est totalement contradictoire avec l'existentialisme, qui considère que le sujet se réalise dans l'acte. Pour Schopenhauer, aucun acte autre qu'esthétique ne peut supplanter l'engrenage des cycles dans lesquels nous sommes pris. Ainsi, pour Schopenhauer, il n'est pas de réalité autre que celle de la représentation, quand pour Sartre la représentation est le support d'un acte politique qui lui, valide l'existence du sujet dans l'expérience.

La démarche de Schopenhauer est mystique, celle de Sartre est politique, considérant que le sujet se constitue dans le faisceau de ses propres choix. De nombreux films doivent pouvoir correspondre à cette perspective "positive"

De engelhard
06.04.2006 14:44
Click Here to Email engelhard   Find more posts by engelhard
Important.// une réponse!

je recherche moi même à développé un scénarion qui ressort de l'ordinaire, parlant des existence et des volupté des sens, quelques choses qui touche les âmes et pourtant en parle.
Je crois que j'ai trouvé une formule décente et concevable.

cependant il est vrai qu'un travail de ce type, est bon de faire à plusieurs.

Actuellement, je me bas pour rentrée au beaux-arts, avec ce projet. pour pouvoir le développé, et finire par le réalisé.

En attendant, gardez un point de vue, avec d'autre personnes qui seraient dans cette lligne et conceptualisation des images... CONTACTE MOI.

De Jean-Pierre
10.06.2006 15:00
Find more posts by Jean-Pierre

JE tiens à m'excuser, je ne m'attendais pas à ce que ce sujet obtienne tant de réponses et j'ai arreté de le consulter il y a un bon bout de temps.
Bizzaremnt, j'ai vue pendant ce temps pas mal de films qui ont été mentionnés ; dont Le Feu Follet (merci Gilles) qui est effectivement ce qui me semble être le plus proche de la Nausée (puisque c'est bien la représentation de cette réalisation de l'existence - racine de l'arbre - que je cherchais).

De Donny
18.07.2006 12:42
Find more posts by Donny

Il me semble que personne n'a cité Taxi Driver de Scorsese qui est pourtant très proche de ce que cherche l'auteur du topic (s'il est toujours dans le coin) à savoir ce sentiment d'absurde que ressent le perso principal...

Le scénariste du film Schrader s'est dailleurs appuyé sur des textes de Sartre (La Nausée) pour le coté journal intime, et de Camus (L'Etranger) pour le coté pessimiste de l'existence.

Après il y a surtout les films d'Antonioni comme désert Rouge, l'avventura et plus particulièrement Profession Reporter avec Jack Nicholson!

De camille elsa et camille
09.10.2006 14:56
Click Here to Email camille elsa et camille   Find more posts by camille elsa et camille
TPE

nous sommes trois licéennes de 1ère littérraire et nous avons un sujet de tpe qui est : arts et existentialisme. votre débat nous a aidez mais si vous pouviez nous donner des pistes assez précises et aussi sur d'autres arts que le cinéma cela pourrait nous aider. merci bcp!!!

De Donny
13.10.2006 19:19
Find more posts by Donny

Dans les autres arts:

Peinture: Je ne sais pas peut-être E.Munch (le cri) Edward Hopper, G De Chirico

Littérature: Camus, Sartre, Kierkegaard, Heidegger, Jaspers, Schopenhauer ?

Pour les autres c'est dure je trouve, bon courage pour votre devoir, a bientôt

De Donny
13.10.2006 19:21
Find more posts by Donny

J'ai oublié Ionesco et Beckett (tous les exemples que j'ai donné sont à prendre dans le sens le plus large de "l'existentialisme" puique c'est Sartre uniquement qui utilise la définition)

< Sujet précédent    Sujet suivant >
Nouveau Sujet
Liste des forums :