Points de vues
Musique et Cinéma
Recherches & Offres
Télévision & Radio
Internet & Multimédia
Livres & Presse
Infos pratiques
Ecoles de cinéma
Stages et Emplois
Concours et Aides
Diffusez vos films

Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac





Frequently Asked Questions   Search   Home

Objectif Cinéma : Forum > Lynchland > Anne Bancroft
Auteur
Sujet    Post New Thread     Post A Reply
De Jérémy
08.06.2005 09:19
Find more posts by Jérémy

quote:
Décès de Madame Anne Bancroft alias Madame Robinson

L’actrice Anne Bancroft est décédée lundi 6 juin 2005 à New-York des suites d’un cancer. De son nom de naissance Anna Maria Louis Italiano, Bancroft occupa de nombreux seconds rôles dans les années cinquante avant d’obtenir le premier plan dans le film Miracle en Alabama d’Arthur Penn en 1962. Ce rôle d’une infirme lui valu un oscar en tant que meilleure actrice. À l’époque les rôles de personnes handicapées étaient encore assez rare avant de devenir des passeports aux oscars.

Anne Bancroft est également l’inoubliable Madame Robinson du film Le Lauréat, de Mike Nichols, où elle débauche le petit ami de sa fille, ici interprété par Dustin Hoffman. Elle demeure une figure inoubliable des années soixante du cinéma américain, d’abord et avant tout, moment de sa carrière où elle est au meilleur de sa forme et de sa beauté, mais pas de son talent qui va encore réserver bien des surprises sur plus de trois décennies.
Anne Bancroft avec Dustin Hoffman dans Le Lauréat (The Graduate) en 1967

Même si elle ralentit le rythme dans les années soixante-dix, d’abord pour donner naissance à son fils Max en 1972, issu de son union avec le réalisateur Mel Brooks (qu’elle épouse en 1964) les cinéphiles purent apprécier ses talents dans quelques films important où son talent s’exprime.

Des exemples :

1. Young Churchill, le film de Richard Attenborrough en 1972 où elle interprète Jenny Churchill.
2. Jésus de Nazareth (1977), de Franco Zeffirelli où elle interprète Marie Madeleine.
3. L’Homme Éléphant (1980)de David Lynch dans le rôle de Mme Kendal.
4. To be or not to be (1983), une comédie où elle partage la vedette avec son mari Mel Brook et où elle interprète l’hillarante Anna Bronski.
5. Agnes of God en 1985, du Canadien Norman Jewison, où elle campe le rôle de Mère Miriam Ruth.Sa présence face à Jane Fonda et Meg Tilly y est magnétique et très forte.
6. Great Expectation (1998) dernière fois où je me souviens l’avoir vue dans un film. C’est une adaptation libre de Dickens aux côtés de Gwineth Paltrow. Elle y joue le rôle de Nora Dinsmoor.

Il me semble aussi qu’elle a fait d’innombrables apparitions dans les comédies de son mari Mel Brooks dont la dernière fois une espèce de comtesse déjantée dans Dracula Mort et content de l’être.
Anne Bancroft et Mel Brook

Anne Bancroft et son mari Mel Brook lors d’une première théâtrale en mai 2003 de la pièce Les Producteurs. Cette pièce est de Brooks qui en fit même un film en 1968.

Bancroft avait cette capacité d’être crédible dans tous les rôles difficiles qu’elle a abordés. Son magnétisme et son port altier en imposaient. Pourtant, elle pouvait s’en donner à coeur joie dans les pires caricatures surtout dans les comédies de son mari.

Pour bien des gens toutefois, elle demeure à jamais Madame Robinson, la femme au mi-temps de l’âge qui dévergonde le petit ami de sa fille. Nous sommes alors dans les années soixante, un vent libérateur souffle sur la jeunesse du monde entier et les conventions sociales semblent s’écrouler. Madame Robinson symbolisait en quelque sorte le passé qui se rebelle pour devenir figure de proue du changement et de la libération sexuelle. Tout ça date un peu, mais à l’époque cela fit grand bruit. C’est surprenant qu’elle n’ait pas reçu l’oscar pour ce rôle. Il était sans doute un peu trop sulfureux. Quoi qu ‘il en soit, les choix de Mme Bancroft ne furent jamais confortables. Ils étaient risqués, et représentaient tous un défi, à ce que je me souvienne. Tant mieux pour nous, les cinéphiles.

Elle rejoint désormais les étoiles du passé et laisse dans le deuil son mari Mel Brook et son fils Max.


http://www.oui-mais-toscope.info/node/449

De Roland K.
09.06.2005 16:47
Find more posts by Roland K.

Une autre dépêche, par Associated Press :

Anne Bancroft, la Mrs Robinson du "Lauréat", est morte

NEW YORK (AP) - L'actrice américaine Anne Bancroft, qui jouait Mrs Robinson aux côtés de Dustin Hoffman dans "Le Lauréat", est morte à l'âge de 73 ans, a annoncé mardi un porte-parole.

Anne Bancroft, qui avait obtenu en 1963 l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans "Miracle en Alabama" ("the Miracle Worker") d'Arthur Penn, est décédée lundi des suites d'un cancer à l'hôpital "Mount Sinai" de New York, a précisé ce porte-parole John Barlow.

Elle était mariée au réalisateur Mel Brooks.

Après l'Oscar décroché à sa première nomination, Anne Bancroft avait été à nouveau nommée à quatre reprises pour l'Oscar de la meilleure actrice: en 1965 pour "le Mangeur de citrouilles", en 1968 pour "le Lauréat", en 1978 pour "le Tournant de la vie" et en 1986 pour "Agnès de Dieu". En 1964, elle avait obtenu le prix de la meilleure actrice au Festival de Cannes pour son rôle dans "le Mangeur de citrouilles" de Jack Clayton.

Malgré une longue filmographie et de nombreuses récompenses, le public avait surtout retenu d'elle son rôle dans "le Lauréat" ("The Graduate") de Mike Nichols. Elle interprétait "Mrs Robinson", restée célèbre grâce au tube de Simon and Garfunkel, une femme qui séduit le petit ami de sa propre fille, joué par le jeune Dustin Hoffman.

En 2003, Anne Bancroft s'était d'ailleurs déclarée déçue que sa carrière se résume principalement à cette fameuse "Mrs Robinson". "Je suis assez surprise qu'avec tout ce que j'ai fait, et certaines choses sont très bonnes, personne ne parle de 'Miracle en Alabama'", avait-elle déclaré lors d'une interview. "On ne parle que de 'Mrs Robinson'. je comprends le monde. Je suis juste un peu déçue que le public ne soit pas encore passé à autre chose".

"Le Lauréat" est également resté célèbre pour la réplique prononcée par Dustin Hoffman (alias Benjamin Braddock) lorsqu'il se rend compte que la mère de sa petite amie tente de le faire succomber à ses charmes dans sa maison: "Mrs. Robinson, vous essayez de me séduire, n'est-ce pas?"

Anne Bancroft n'avait pas décroché l'Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle, mais le réalisateur Mike Nichols avait obtenu l'Oscar du meilleur metteur en scène.

Née Anna Maria Louise Italiano le 17 septembre 1931, Anne bancroft avait également fait carrière au théâtre et avait notamment été récompensée pour son interprétation de professeur dans "Miracle en Alabama", avant que le film soit adapté au cinéma. AP
_________

Effectivement, je conseille "Miracle en Alabama", film trop méconnu, à tous ceux qui ne l'ont pas vu, et qui est d'une puissance assez incroyable. Quant à "notre Mrs Kendal", un petit hommage en regardant la scène de "Roméo et Juliette" ?
R.I.P.

De Roland K.
19.06.2005 21:24
Find more posts by Roland K.

Autre article paru dans Libé du 9 juin 05 :


Anne Bancroft, grande classe

L'actrice américaine, charismatique et moderne, est morte mardi à 73 ans.

Par Didier PERON

jeudi 09 juin 2005 (Liberation - 06:00)




La grande actrice américaine Anne Bancroft est morte d'un cancer, mardi au Mount Sinai Medical Center de New York. Elle avait 73 ans. De la trempe des Barbara Stanwick, Gena Rowlands ou Claudia Cardinale, autres femmes charismatiques et modernes, non conformistes, elle était capable d'animer des rôles a priori lourds à gérer comme celui qui fit une part de sa réputation, la séductrice Mrs Robinson dans le Lauréat (1967) de Mike Nichols, parvenant dans une scène fameuse à se jeter dans le lit du tout jeunot Dustin Hoffman. L'année précédente, elle remplaçait au pied levé Patricia Neal pour le rôle de la femme-médecin de Frontière chinoise, ultime chef-d'oeuvre de John Ford.

Broadway. Née Anna Maria Louisa Italiano le 17 septembre 1931 dans une famille italienne du Bronx, Anne Bancroft est une élève brillante et précoce de l'American Academy of Dramatic Arts de Manhattan. Une série télé avec elle attire l'attention de la Fox, qui la prend sous contrat à 20 ans.

Belle, brune, les studios veulent en faire une pin-up ­ «un genre de construction à la Monroe, mais je souhaitais plutôt développer mon jeu par mon corps», racontera-t-elle au magazine Time. Elle tourne dans de nombreuses séries B et donne la réplique à Marilyn (et Richard Widmark) dans Troublez-moi ce soir (1952), de Roy Ward Baker.

De cette première époque, on retiendra la Charge des tuniques bleues d'Anthony Mann et surtout le Nightfall glacé de Jacques Tourneur (1956), adapté d'un roman de David Goodis, dans un bijou de polar sous-joué au maximum, où Bancroft est la compagne de cavale d'Aldo Ray. Hollywood ne convient pas à sa personnalité affranchie et cultivée. Elle décide alors de rejoindre son New York natal et monte sur les planches à Broadway, au côté d'Henry Fonda, dans la pièce de William Gibson Two for the Seesaw. Elle décroche un Tony Award pour sa performance de danseuse bohémienne du Bronx.

C'est dans une autre pièce de Gibson, The Miracle Worker, qu'elle triomphe à nouveau dans ce qui deviendra, un an plus tard au cinéma, un mélo fameux sous la houlette d'Arthur Penn, Miracle en Alabama. L'histoire d'une femme élevée dans un asile, à moitié aveugle, qui réussit à éveiller l'esprit d'une jeune handicapée mentale aveugle, sourde et muette (Patty Duke). Bancroft dira que ce rôle de battante tragiquement arc-boutée sur la nécessité de vivre lui correspondait parfaitement : «C'est de mon propre aveuglement que je me suis servie, l'ignorance de ce que je suis...»

En 1964, elle épouse le comique Mel Brooks, qu'elle ne quittera plus. A partir des années 70, elle ralentit volontairement sa carrière pour élever leur fils, Maximilian, né en 1972. C'est son mari qui produit Fatso, une comédie à l'italienne qu'elle écrit, dirige et interprète, sur un type obèse troquant son amour de la nourriture pour celui d'une jeune fille qui le fait tourner en bourrique (et maigrir). Bancroft cinéaste ne restera assurément pas dans les annales.

Flamboyante. Parmi les apparitions mirifiques de l'actrice, flamboyante quinquagénaire dans de nombreux seconds rôles, on retiendra celle de Mrs Kendal, comédienne adulée du théâtre londonien dans Elephant Man (1980) de David Lynch, produit par Mel Brooks, qui avait contacté le jeune cinéaste américain après être tombé à la renverse en découvrant Eraserhead. Anne Bancroft, allégorie de l'humanisme surgissant des coulisses, donnant la réplique pour un passage de Roméo et Juliette à l'homme-éléphant pâmé qu'elle embrasse («Vous êtes mon Roméo»), constitue l'une des scènes les plus belles qu'elle ait jamais tournées. Des actrices de cette classe ne se remplacent pas.

< Sujet précédent    Sujet suivant >
Nouveau Sujet
Liste des forums :