Points de vues
Musique et Cinéma
Recherches & Offres
Télévision & Radio
Internet & Multimédia
Livres & Presse
Infos pratiques
Ecoles de cinéma
Stages et Emplois
Concours et Aides
Diffusez vos films

Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac





Frequently Asked Questions   Search   Home

Objectif Cinéma : Forum > Internet > En vente au 93 rueJ D'arc 75014
Auteur
Sujet    Post New Thread     Post A Reply
De Calonne yves
09.10.2005 06:27
Click Here to Email Calonne yves   Find more posts by Calonne yves


calonne duarte@wanadoo.fr
Comme A Vialatte, feuilleton au journal?
0145829579
93 RUE J. D4ARC 75013 PARIS
YVES CALONNEc

ZIGOUNETTE 56

vendredi 7 octobre 2005
Peut mieux faire me dis-je considérant l’asphalte, je vais parler du temps. Il me pleut des trombes sur la bobine, et j’en suis bien content ? Par raison j’interpelle une traction, elle est taxi ? La femme qui stop en ma direction ? Ce n’est pas le taxi jaune que j’attendais, lui dis-je en lui montant par le devant, tout souriant ! – « Si vous me conduisez encore au Panthéon des hommes célèbres » dis-je encore avec malice au bout d’un certain temps, celui qu’il faut pour secouer ses vêtements quand ils sont mouillés de flotte et qu’il pleut comme il pisse, des fois comme c’est bon !
Je ne suis pas actrice me dit-elle mais si on me proposait un rôle qui ne soit pas de la figuration …
Nous arrivions au but fixé précédemment. Je lui lâche les biftons et je sors en fumant. Ici vois-tu le ciel est bleu et les pierres en brillent sous les rayons d’un soleil perçant le seul nuage menaçant de ce ciel de printemps, alors je me positionne dans la tête sur l’air de « Un sombrero et des mantilles » Et me vient un air entraînant en diable ( Gentil !, Je connais aussi –JOE HILL- et pas mal de chansons ! )
Narguant les agents, je sors mon argent, j’en glisse un peu dans la poche d’un pauvre, en passant, comme les Italiens savent très bien le faire à Rome ils sont connus pour cela. En compagnie d’un Latino- Américain, je rentre dans ce lieu mythique au milieu de la place que j’ai traversé d’un pas lent, je paie et j’entre ouvre les lèvre pour dire un merci et pour prendre le ticket qu’elle me tend, quand la beauté des lieux me prend- Ma femme m’a encore posé un lièvre évidemment ! - Sens de la visite ! –
Brèves, sans casque je m’attend à trouver tous seul l’entrée de la crypte, en continuant.
Un peu d’attention requiert de la précision, j’y ai vu un très beau musée. Alors, j’ai arrêté ma visite et sortant, j’ai humé l’air qui sentait bon.
J’ai cet instant décidé, alors, m’acheter une brosse à dents.
Mon petit viatique me permet tant !
Surtout qu’un autre que moi s’en tamponne le pompon !
Je m’oblige à rattraper la leçon, la morale en a du bon, tiens toi au licol, je pars au galop !

Chiffon, attentive à dire le mot qui me surprend, ne laisses donc pas là ta phrase en suspend.
Un enfer vous-dis-je à ma façon. Le studio où je traîne, prend un air de deux pour valser la mi-temps d’un match tellement drôle qu’il n’en reste que l’hors de portée de raison. Tranquillité de la nuit passagère depuis longtemps mise au banc, ah ! Le gai tourment ? Je roule sur un chemin glissant, et je compte les côtes de mon thorax, cela me relaxe, me repose et m’éloigne de mon tourment au quotidien d’apprendre une leçon, ou d’écrire les variantes de mon imagination. Comme la tranquillité de Baptiste devant l’écran de son poste de télévision. Quand en obtiendra-il l’attribution, du modèle qui lui servira à couler un bronze du corps de son petit champion ? - Sa demi mesure à leur expliquer le pourquoi du comment ? - DE VENUS L’AMBITION.. C’EST LE RÊVE PUISSANT !
Porte ouverte aux ambitions. Pardonne la déraison du style de la rédaction, objective le cheval au galop d’une folle course dont le mythe est un rythme qui le surprend, le jockey au haras des purs sangs. Il va gagner - C’est flagrant ?
Entrechats.
Mon minou et le poisson !
Qui dira la faim de la pitance qui m’attend ?
Mesures de l’axe, la paire qui gagne à recevoir un leçon de conduite, quand on roule en un side-car dont est le, un patient occupant ?
Fais ton œuvre du chemin d’une nuit de réflexion !
Laborantin des savoir dire qu’il faut faire !
Je roule et je fume, super !
AU TAJ MAHAL ?
Que pense-t-on …
Le quoi du je fabule ?!

Subjonctif imparfait.
Yves Calonne.
_____
CHEMIN TRACE : - dimanche 9 octobre 2005, 07:09:08.
Vague à l’âme : - Terrain de réflexion.
Chant des action des possibles et permis, champs de déraison de tout un chacun.
Des aucuns, la lèvre pendantes du gagnant. Le galeriste de conscience dialogue en solitaire devant les tableaux de son talent, il est là, et il surprend dans son exposition ?
( - D’une expédition lointaine sa mémoire est devenue l’occupante et cela le soutien dans ses actions ). Pour l’instant il fume, là nous le laissons…
… Nervures solaires de l’arbre à pain… , … Les solitaires et leurs destin …Les vagues qui l’entraînent sont sereines, elle repeint.
Ses savoirs faire en bandoulière, sont de loin, de loin !
Au loin se profile un visiteur ? Combinaison de chiffres, ou calcul de temps ? La place qu’il occupe lui revient en dû. Tranquille j’écoute mon âme vous-dit il ? - L’esprit occupé par la chose, il, elle oublie ..
Les termes d’un contrat qui les lie, voyances de salons et aussi reins des près, son œuvre sera : - Bien !

< Sujet précédent    Sujet suivant >
Nouveau Sujet
Liste des forums :